lettre Art sacré par définition, l'enluminure peut constituer néanmoins une précieuse source d'expression contemporaine tout en conservant la pérennité de la matière et de la technique.

 

lettre Peut-être ai-je oublié, mais tout au long de mes pérégrinations artistiques, il ne me semble guère avoir rencontré d'enlumineurs, du moins de la qualité et de la modernité de Benoît CAZELLES. Et surtout détenteurs de la réflexion et de la passion qu'il met à communiquer son exceptionnelle virtuosité et sa créativité au fil d'une technique dont on imagine connaître toutes les arcanes.

lettre Les lettres par exemple : superbe cet alphabet gothique dont il décline la captivante linéarité grâce à la diversité de ses fonds géométrisés avec élégance et imagination. En une époque où il est de bon ton d'écrire comme un sagouin, ce travail laisse un peu d'espoir. Mais où Benoît CAZELLES se montre stupéfiant de finesse, de maîtrise et de couleurs, c'est lorsqu'il se consacre à un sujet décoratif, religieux ou poétique, et qu'il imprègne d'une étrange et fascinante beauté, la floraison de motifs informels ou réalistes que distribue son pinceau bouleversant de lumière, de reflets et de vitalité.

lettre Ainsi, dans une manière de gloire et d'enchantement se propagent aussi bien le rythme jazzy que la rencontre synthétisée avec art, d'une nature idéale, d'un bestiaire de songe et d'êtres de tradition spirituelle.

André RUELLAN

critique d'art


lettrine Au cours du vernissage de l’exposition de l’été 2000 à l’Abbaye Blanche, j’ai rencontré Benoît Cazelles. Il est venu me présenter une de ses enluminures. Conquis par celle-ci, je me suis rendu à Lisieux, dans son atelier. Après quelques rencontres, j’ai invité Benoît à participer à l’exposition de l’été 2001 sur le thème «l’Unité au cœur ».

lettrine Il réalisa, pour cette exposition, une enluminure avec 14 pigments de bleus différents : « La Croix de l’Unité * ». Accrochée au mur de l’Abbaye Blanche, elle est l’œuvre principale de celles qu’il présenta.

 

lettrine L’amour de l’enluminure, Benoît Cazelles le recevra de la passion de son grand oncle, Raymond Cazelles, éminent conservateur (musée Condé, Chantilly) qui permit par son travail de nous faire découvrir cette œuvre prestigieuse du XV ème siècle: « Les Très Riches Heures du duc de Berry ».

lettrine Aujourd’hui Benoît Cazelles, heureux d’être enlumineur contemporain, continue cette tradition. Il donne une autre échelle à l’enluminure : de la miniature au véritable tableau ses créations sont de véritables chefs d’œuvres qui nous invitent à la contemplation.

Didier BENESTEAU

Commissaire d'expositions

* Présent offert à sa Sainteté le Pape Benoît XVI par Monsieur J.P. Raffarin, Premier Ministre, et Madame Raffarin, le 24 avril 2005.


lettrine L'enluminure du latin "illuminare", éclairer, rendre lumineux, est un art typiquement médiéval qui consiste à décorer par la peinture ou le dessin un livre manuscrit.

 

lettrine Les miniatures de Benoît Cazelles pourraient illustrer la Bible, et particulièrement l'Ancien Testament où il puise sa principale source de création : "Jonas et la baleine", "l'Exode" ou la Traversée de la Mer Rouge, "le Chœur des anges", "l'Echelle de Jacob" qui forme avec "Reflets" un merveilleux diptyque. Benoît manie, avec patience et dextérité, les pigments naturels, la gomme arabique, les petits pinceaux et les brosses délicates, à la manière des maîtres enlumineurs du Moyen- Age. Il a déjà tant de fois observé et reproduit leurs œuvres !

lettrine Le jeune artiste a choisi d'exalter les couleurs du beau XIII ème siècle : le bleu, le rouge, l'or. Dans un ouvrage passionnant, "Bleu, histoire d'une couleur" (Flammarion 2000), Michel Pastoureau, historien spécialiste des couleurs, nous dit qu'il a fallu attendre le XIII ème siècle pour que le bleu devienne une couleur appréciée, la couleur royale, avant d'être promue couleur mariale, et forme un couple avec son contraire, le rouge. Au XX ème siècle, partout, les enfants mettent le rouge en tête de leurs couleurs préférées, alors qu'en Occident, les adultes préfèrent le bleu qui apaise et fait rêver.

lettrine Avec l'or, symbole de la lumière et de l'éclat, et ses variations d'orange et de jaune, la palette de Benoît décline toutes les nuances de ces couleurs chaudes. Sa "Fée des neiges" s'élance dans un vrai feu d'artifice du bleu.

 

lettrine Inspiré aussi par l'œuvre des artistes côtoyés dans les expositions collectives -on pense ici à Koraïchi - , Benoît Cazelles, avec le sens de la stylisation qui lui est propre, crée une œuvre contemporaine de plus en plus personnelle.

Jean-Luc LESERVOISIER

Conservateur de la Bibliothèque d’Avranches (50)

©2007 - 2012 - Benoit Cazelles - tous droits réservés - Réalisation et maintenance : FOR'mail - référencé sur art-culture-france.com